Courses Adultes

Le marathon des barjots (vue par Manu)

Le marathon des barjots … oh oh eau !

En période de fêtes, certains préparent le sapin en ce dimanche pluvieux qu’est le 10/12/2017. Mais les licencié(e)s de l’ACL sont en majorité au marathon des barjots de SAINT PAUL ET VALMALLE -34-.

Un peu moins de deux heures de trajet qui seront fais de deux manières différentes. 8 feront le trajet la veille et le reste le matin très tôt. Participant au premier « voyage » je raconterais surtout les 8 précurseurs partant dans l’HERAULT le samedi.

Comme d’habitude, le rendez-vous est pris chez Ricou à 17h30. Départ à l’heure (ou presque) dans le véhicule de Cyril. Vous avez dit ramassage scolaire ?

Là encore, comme à chaque fois, rires et encore rires sont du voyage.

L’arrivée se fait de nuit, rencontre avec Stéphane notre hôte et direction le restaurant. Nous retrouvons Jérôme et Sophie, Maria, Marie (forcément) et Francis (anciens régionaux de l’étape).

Repas prix (non pas de faute sur prix… vu le résultat de la comptabilité fait par Sophie) et retour au local des tambourins pour une nuit avant la course.

Le réveil se fait silencieusement et chacun entend la pluie tomber sur le toit… Aïe ! Alors il faut adapter la tenue ? On va attendre le petit déjeuner. Chacun regardant son application météo. Allez il ne devrait pas trop pleuvoir… On y croit.

Déjeuner avalé, tenue mise, affaires rangées et direction le départ.

GPS guidant notre conducteur jusqu’à ST JEAN. Il pleut un peu quand même et la température n’est pas élevée. Mais pas élevée du tout. Un super 3 degrés « chauffe » les lieux.

Récupération des dossards, cadeaux de l’organisation et les premiers relayeurs vont se changer.

L’ACL comme très souvent (pour rester humble et pas dire à chaque fois) est le club le plus représenté. 8 relais et un marathonien.

Expliquons ce qu’est le marathon des barjots. 3 courses possibles. Le marathon en relais : 21,1 sur route et 400 mètres de dénivelé puis 21,1 en trail avec 600 mètres prévus. Le marathon en solo, où le coureur fera les deux 21,1 à la suite et tout seul (d’où le nom Solo). Et pour certains que le trail en solo. L’ACL sera sur les deux premières versions de la course. Comme à Toulouse, il y aura un fou pour faire tout tout seul. Non pas Manu, le héro du jour sera Cyrille !

Briefing du président local et direction la ligne de départ devant la mairie locale. Notre speaker provincial essaye de chauffer la foule de coureurs mais il voit bien que seule la course à pied réchauffera les participants. 3,2,1 départ ! Et c’est parti.

Petite descente et quelques centaines de mètres après la première côte.

Les premiers relayeurs sont Virginie, Dominique, Tatiana, Marie, Sonia, Yolande, Hubert, Manu et bien entendu Cyrille.

Devant cela part vite, chacun sa course. La pluie est présente mais ne gêne pas beaucoup les coureurs… le froid associé avec cette eau dérange plus nos licencié(e)s. Retournons à la course.

Au sommet de la première course, les seconds relayeurs sont là pour encourager les GENS BONS qu’ils soient secs (si on peut dire cela aujourd’hui), bons, etc… Très sympa de leur part. Le président en profite pour faire des photos de chacun avec son nouveau smartphone !

Encore une petite descente et de nouveau une montée… pour faire simple cela va faire que cela.

Passage dans plusieurs localités et arrivent les montées les plus pentues de la partie route. Le tracé très joli fait passer les « routards » en bordure de belles demeures mais les côtes s’accentuent avant d’arriver au gros morceau de ce semi. Une première faisant prendre plus de 100 m de dénivelé arrive au 6ème km.

Le classement de nos gens bons est le suivant : Virginie, Cyrille, Manu, Dominique, Tatiana, Sonia, Yolande, Hubert et Marie. Si les deux premiers ont fait un « trou » sur leurs poursuivants, les seconds se tiennent en une minute trente environ. Le suspens est à son comble.

Et le premier ravitaillement se fait. Chacun prenant le temps qu’il veut avant de repartir. Enfin une grand descente. Puis nos licencié(e)s croisent les premiers ! Quoi ??? Cela veut dire que la belle descente qu’ils empruntent va falloir la reprendre dans l’autre sens. Oh que le moral prend un coup. Mais personne ne s’arrête… Pour une fois que cela descend.

Donc à l’issue de cette belle descente direction la BOISSIERE. Une côte qui verra le tracé faire le tour du rond point pour reprendre… la même route. Cela permet à tous de se croiser et d’encourager les copains et copines.

Pour l’information essentielle, le classement n’a changé que pour les deux premiers. Cyrille a doublé Virginie peu avant la moité du semi. En forme notre champion !

Direction la côte descendue dix minutes avant. Dominique rattrapant Manu, les deux feront les deux côtes suivantes ensemble. Motivation doublée en étant ensemble. Au ravitaillement ils voient les premiers traileurs croisant leur route.

Enfin une descente énorme ! Plus de deux cents mètres de dénivelé négatif en un peu plus de deux kilomètres. Les chevaux sont lancés et il ne reste « que » 4 km à faire pour donner le relais.

Et nos premiers relayeurs arrivent : Cyrille, faisant le solo, «s’auto donne » le relais et part en direction du trail. Virginie donne le relais à Ricou. Après quelques minutes, Manu passe le relais à Florent. Il aura quelques centaines de mètres d’avance sur son père Christophe après le relais qu’il prend de Dominique. A noter qu’elle faisait son premier semi marathon sur route ! Puis c’est au tour d’une vague bleue ACL à donner les relais. Le speaker se fait plaisir avec le nom des équipes de notre club. Tatiana à Guillaume, Sonia à Jérôme, Yolande à Jean, Hubert à André, Marie à Maria ! Tout les routards sont arrivés !

Aurais-je oublié de vous dire que ce dimanche rimait aussi avec l’anniversaire de Maria ??? Eh bien maintenant c’est dit. Je le répéterais certainement d’ici la fin de l’article.

La pluie revient lors des passages de relais. Les premiers partis s’inquiètent de suite pour nos traileurs. Mais un trail sans pluie est-il vraiment un trail ? Réflexion de bitumeurs !

Pendant que certains courent dans les vallées et chemins héraultais, certains se ravitaillent rapidement avant d’aller tout aussi vite se changer pour se réchauffer. Café et thé les aideront à reprendre de la chaleur.

A compter de là, impossible de savoir qui double qui et qui est bien et qui l’est moins. Puis les accompagnants et les premiers semi-marathoniens calculent les chronos possibles. Cela taquine et rigole. Il faut passer le temps et se réchauffer. Fait froid punaise ! Certaines cherchant la chaleur pendant que d’autres prennent des photos…. qui sont interdites à la parution. Parution certes mais pas effacées des téléphones. Comme disent nos jeunes, faire une demande en privée. Mais, les esprits sont tournés vers les seconds relayeurs.

Le premier du trail arrive. Suivit par le premier marathonien qui sidère tout le monde. Et voici notre premier maillot bleu de l’ACL. C’est le président ! Ricou arrive. Passage dans le couloir formé par les membres du club et direction l’arrivée à 100 m avec Virginie. 4H02mn et une première place en relais mixte pour les Gens Bons de LACAUNE. Bravo ! Cela leur fait une 8ème place au total avec une moyenne de 10,38 km/h. Ricou nous donne des nouvelles de Cyrille qu’il a doublé après deux kilomètres de course.

Guillaume arrive peu de temps après ! Accompagné de Tatiana, ils passent la ligne en seconde position en relais mixte ! Encore un podium lacaunais. Un chrono de 4h10 et une moyenne de 10,06 ! Et une place de 10ème au scratch !!!!

Christophe et Dominique passent la ligne ensuite. Cinquième place pour notre relais mixte en 4h32 avec une place de 18ème au classement général des relais.

Et les questions se posent. Qui va arriver au bout de la ligne droite où se trouvent tout le monde ? Cyrille ? Flo ? Jérôme ? Qui ? Cela sera Jérôme ! Sourire aux lèvres il passe la hola de l’ACL et part avec sa coéquipière Sonia (qui en profite pour se réchauffer) passer la ligne de chronométrage en 4h32. Classement 7ème en mixte et 21ème au scratch.

Et le suivant c’est André ! Infatigable il part en direction de l’arche avec Hubert ! Nos M3 sont magiques… Oui il paraît qu’ils sont M3 malgré leurs performances. Le chrono 04h42, bravo messieurs ! Au général cela fera une 26ème place.

Puis l’inquiétude s’installe. Notre Flo aurait du déjà arriver. Christophe nous annonce qu’il ne sentait pas bien quand il l’a doublé. Allez attendons !

Janot arrive ! Il profite de l’ambiance et des applaudissements de l’ACL. Yolande l’accompagne dans la descente vers l’arrivée. Le chrono se fixe à 4h42 et une 28ème place.

Cyrille, notre marathonien arrive à son tour. La hola et des applaudissements nourris pour notre longue distance du jour ! 4H51 et la place de 33ème sur la distance reine ! Lui qui a subi le fameux mur du 30 termine sous les hourras !

Puis pointe son nez à l’horizon, faisant plus de bruit à elle toute seule que les membres du club déjà là, c’est Maria ! Anniversaire en poche elle retrouve son double (Marie) pour passer la ligne en 5h07 et une 40ème place mais aussi une 7ème place au classement des relais 100/100 féminin!

Maintenant il nous manque Flo. Pas normal de ne pas le voir arriver. On s’inquiète. Abandon ? Non pas le genre de notre bonhomme. Puis Manu et Hubert le voient arriver. Ils partent à sa rencontre et l’accompagnent. Flo souffre mais court encore. Allez plus que 200 m Flo. Hubert et Manu le laissent passer seul sous la hola bleue et Manu accompagne son coéquipier sous l’arche. 5H15 ! Il a serré les dents mais il a terminé notre Flo ! Bravo lui qui a eu mal dès le 10ème kilomètre du trail.

Encore une fois toutes les équipes de l’ACL ont terminé ! Nouvel exploit. Et que dire de l’ambiance du club. Quand on voit le nombre de personnes qui sont venues avec nous encourager les inscrits en demandant quel était ce club qui faisait autant de bruit à applaudir et motiver tout le monde. Même l’organisateur est venu demander ! Énorme !

Voilà pour ce long article sur le marathon des barjots deuxième édition. Nous ne pouvons terminer sans dire que l’organisation était sans faille. Ravitos, bénévoles, organisation ! Bravo à vous !

Le repas fut à base de produits du terroir lacaunais ! Dans une ambiance digne de la journée voir du week end ! Encore bravo à tous et un bon anniversaire pour Maria.

Il nous faut encore remercier Stéphane et son club de tambourins pour son hébergement, ses conseils précieux sur les restaurants du coin et sa gentillesse ! Merci !!!

Quelques petits rendez-vous avant de terminer :

  • 16/12/2018 le Téléthon du Club
  • 16/12/2018 l’assemblée générale du club
  • 7/01/2018 : la reconnaissance du Brassacatrail de nos voisins
  • 14/01/2018 : la sortie club mode Épiphanie
  • et tous les autres sur le site du club !

St Paul et Valmalle : des barjots de première classe (vue par Dédé)

Dès samedi soir, c’est en voiture de VIP que le gros (8 sur 17 coureurs) des troupes lacaunaises s’est rendu au marathon des barjots, programmé le dimanche 10 décembre. Bon, il faut avoir lu attentivement le mode d’emploi, sous peine de déclencher un concert de carillons, mais le chauffeur de ce Traveller, Mister Cyrille, avait étudié son sujet, et a conduit sans peine son convoi d’athlètes jusqu’à l’Hôtel des Postes de Vendémian. Une adresse mitonnée par Stéphane, un relais local multicartes : élu local, pompier, tambourinaire et accessoirement Nageol.

Ce week-end pour les Barjots s’annonçait fertile en anomalies : c’est la grand-mère qui donna une galette (au beurre) au petit chaperon bleu (Éric Cambon) ; la serveuse du restaurant s’appelait Jules ; sur l’ardoise, 12 + 5 = 23 (sauf pour Sandrine). Et enfin le quatuor masculin ayant pris sa couchette à l’hôtel des postes passa une nuit bercé par les flots frappant le bâtiment (c’était la machine anti-apnées), avant de doubler le cap Horn (les 40e Rugissants ?) au petit matin. Le fait d’être 13 à table le samedi soir n’était pas de bon augure. Mais cela n’eut pas d’incidence, ni pour les 8 Ricouniens, ni pour les 5 Salvetois qui avaient pareillement anticipé pour cette épreuve. Un retour aux sources pour certains de ces derniers, car la contrée est le berceau de la famille agile à Gil. Quant aux Lacaunais pur porc de l’hôtel des Postes , ils se retrouvèrent dès potron-minet à pleurer devant les sources froides, celles du ciel, avant de déjeuner copieusement. Pendant ce temps, descendaient de la montagne en cheval-vapeur Jean (Rascol) et le clan Tichit. Ainsi que Guillaume (Yeddou), Guillaume le bouillant qui n’avait pourtant pas pu dégeler le verglas céleste ; Tatiana (Devic) et son premier supporter Silvère étant eux, en provenance de Montpellier.

Le reste, c’est 20 kilomètres de route pour les premiers relayeurs. Et, à ce régime, Virginie (Hérail) dama  le pion à tous ses partenaires, y compris masculins. Et largement, puisqu’elle avait environ un quart d’heure d’avance sur le major, arrivé en deuxième classe. La suite, après le relais, ce fut – sur des pistes arides (sauf ce jour-là) et en tout cas tourmentées –  des chassés-croisés entre différentes équipes de jambons. Mais le duel qui étai annoncé pour être le plus en vue tourna court : le président Éric (Cambon) avait trop d’avance sur Guillaume (Yeddou) à la prise de relais pour que celui-ci puisse envisager de lui chatouiller les mollets. Quant au benjamin Florent (Tichit), c’est au courage qu’il finit cet exigeant parcours.

Après l’épreuve, casse-croûte prévu par Éric et Jean (Rascol) : l’occasion de « vendre » les ressources et produits du pays aux quidams venus s’aventurer dans le coin des Lacaunais. Et d’entourer de bulles de champagne les 50 printemps (environ) de Maria (Jacquier). Et le solo Cyrille (Jacquemin) ? Un baroudeur ! Il s’est donné à fond sur la route. A poursuivi son effort sur les premiers kilomètres du trail… puis a payé l’addition. Ce qui ne l’empêcha pas de conduire avec maîtrise la colonie jusqu’à Lacaune où, autour de 17 h, se clôtura ce samedimanche sportif et néanmoins amical.

À la performance, les deux premières équipes de Lacaune sont aussi celles appelées sur le podium pour être les deux premières mixtes. Une femme et un homme : presque comme au festival de « cannes ».

Marathon des barjots

Solo : 33.Cyrille Jacquemin en 4h 51’40 » (plus de 70 arrivants)

Relais : 8.Virginie Hérail et Éric Cambon en 4h02’52 »   10.Tatiana Devic et Guillaume Yeddou   18. Dominique et Christophe Tichit   21. Sonia Bardy et Jérôme Gasparoux   26.Hubert Taru et André Suc   28.Yolande Culié et Jean Rascol   40.Marie Gil et Maria Jacquier   42.Emmanuel Rodier et Florent Tichit (X… arrivants)

Trail de Nébian

 

Trail de Nébian 11km500  500D+

Dimanche 3 décembre 2017

7H30,-7°C au thermomètre, nous sommes entrain de charger le coffre du président pour un voyage en direction du Fief de la famille  « GIL » :Nébian.

A l’entrée de Clermont l’Hérault nous sommes rejoints par les Salvetois de l’ACL (Maria, Sandrine et Jérome).Quelle fut notre joie de revoir le soleil qui manquait a nos montagnes depuis quelques jours mais le vent glacial a gaché les retrouvailles…Bon on est la et tant pis c’est pour courir…L’acceuil chaleureux des gens nous fait oublié instantanément…Top départ à 10 heures pour un parcours magnifique de monotraces et cailloux. Malgré les conseils des « GIL » ,tel fut notre surprise de gravir «La Grande Salope »(nom donné par les locaux)et de voir une telle cote dans cette région si plate…Même pas peur !Nous sommes les Lacaunais !La superbe vue sur Clermont l’Hérault quelques kilomètres avant l’arrivée fut une merveille…Belle région !!!

Eh comme les Gaulois,  Abrafrancix Gilx notre chef en bout de table, tout ce termine par un bon banquet(on est pas bien la président ??!!!)

MERCI a nos organisateurs pour cette belle journée :MARIE ET FRANCIS

Résultats : 175 partants

13 Christophe 1h01 3V1

27 Ricou 1h05 2V2

59 Jérome 1h11 17V1

96 Maria 1h19 2V2

104 Domy 1h22 3V1

140 Marie 1h29 8V2 (ps :ou 1V3 LOL)

Domy

 

Téléthon : courir à perdre la raison

Entre la raison et la folie, la frontière est floue. Ce samedi 2 décembre à Murat-sur-Vèbre, quatre coureurs semblent cependant l’avoir franchie, en chaussant les baskets de leur plein gré et exhibant leurs mollets, alors que quelques flocons virevoltaient sur un tapis glacé à – 4°. De surcroît, ils s’aventurèrent vers les sommets du bois de Lauze.

Au départ et surtout, tout du long, au retour, ils ont traversé le village dans lequel un maigre public les a salués. Visiblement, leur désir était donc de se faire remarquer. L’instinct de célébrité ainsi démontré étant une pulsation qu’ils n’ont pas cherché à maîtriser, nous pensons de notre devoir de les citer : Éric Cambon, Jean Rascol, Nathalie Laurichesse et André Suc. Parvenus à un jet de pierres de la statue-menhir du col des Saints, nos aventuriers d’opérette décidèrent, malgré l’heure (16 h 20) qui s’avançait vers la nuit polaire, d’emprunter un improbable « raccourci » : sans doute un chemin pratiqué jadis.  En tout cas, les rameaux ou même les branches des arbustes pliant sous une modeste couche de neige leur faisaient comme une révérence, une haie d’honneur. Du moins, c’est ce qu’ils se figuraient. L’un d’entre eux, sans doute le chef, s’exclama alors : « On n’est pas bien ici ! » . Ce que à quoi son acolyte, le grand argentier, répondit pauvrement : « Oui, c’est beau » .  La troisième enchaîna « Qu’est-ce que c’est magnifique ! » Enfin le quatrième reprit ce même refrain en susurrant : « C’est superbe… »

Dans ces conditions, tu comprendras aisément, cher lecteur, qu’il n’est pas nécessaire de poursuivre plus avant la rédaction de ce non-événement. Juste pour en finir, signalons que ce n’est pas Suzette qui avait confectionné les crêpes qu’ils dégustèrent à l’arrivée, mais Annie, une bénévole locale.

 

La sortie du Gaillac primeur

RELAIS DU GAILLAC PRIMEUR

19 NOVEMBRE 2017

Il fait froid en ce dimanche matin et il faut beaucoup de courage et de motivation pour sortir de dessous la couette alors que dehors il gèle!!!Mais bon quand on aime on ne compte pas…..

Nous voila donc en route, pour certains vraiment très tôt, départ 5h30 de la Salvetat…non vraiment courageux…ou…barjots!!!(ah non ça c’est pour plus tard….;)…).D’autres(moi entre autre …) partent un peu plus tard, rendez vous est donné à 7h30 à Rabastens…On se retrouve à 8 , 2 équipes de 4 relayeurs, Florent, Marie-Maria, Christophe et Malika, Domy-Tatiana, Virginie, …tous encore bien emmitouflé sous vestes et bonnets!!!

Récupération des dossards, préparation des 1ers relayeurs, départ à 8h30 pour un peu plus de 10 km….brrrrr…en short pour certains, moi je ne sens déjà plus mes orteils!!!

Arrivée des 1ers, départ des second relayeurs » en couple », féminin pour le coup!!!!:)…l’ambiance se réchauffe, les t° non!!!Ah si il paraît qu’après 10km on a moins froid!!! 🙂 ;)…on verra!!!En attendant on se pèle et Tatiana qui part les chevilles à l’air….pffff…impensable pour Domy!!!! ;)… »oui mais je suis GRANDE MOI, du coup le caleçon est trop court!!! :)…et là petit vent de panique, Tatiana ne trouve pas son dossard….et là on dit merci qui!!???   Merci la PETITE blonde….elle se reconnaîtra!!! ;)….

Départ donc du second relais, les autres sautillent en attendant leur départ qui est retardé de 10 mn donc 11H10!!!Nos relayeurs arrivent enfin effectivement bien réchauffés….au vue du soi disant parcours « technique »!!! 😉

Départ donc du 3ème relais, le mien et celui de Christophe, 16km400 avec un certain dénivellé…c’est sûr!!!!….1er dos d’âne je me suis dit c’est bon tu as passé le plus dur!!! 🙂

Bon sinon beau parcours, bitume et chemin, dans la jolie campagne Gaillacoise, au milieu des vignes, couleurs d’automne et brume matinale…trés poétique!!Et il est vrai qu’au bout de 3km je sens de nouveau mes orteils…ah!!!….Il ne reste que 6km quand je vois la seconde féminine devant moi, qu’à cela ne tienne je m’accroche….et là un coureur me glisse : »elle n’est pas loin hein….mais elle aussi elle t’as vu arriver!!!! » « ah!!!…bon….allez on lâche rien!!! » 😉 et effectivement au sommet de la plus belle CÔÔÔTE je la rattrappe et je file vers l’arrivée soutenue par 2 autres coureurs!!!Christophe est déjà là bien sûr, tout le monde est ravi de cette belle course en équipe…..surtout que là on a droit a une petite dégustation!!!Ave modération bien sûr!!! 😉

Et encore une fois on pourrait bien dire: »on n’est pas bien là??? » Ben si!!!!

Merci à mes coéquipières avec lesquelles on se classe 4ème relais féminin…et Christophe pas de commentaires, merci,on a compris que 4ème ça peut être frustrant mais pas pour nous….Trop CONTENTES de l’avoir fait ensemble!!!Bravo à tous et merci pour ce bon moment.

Rendez vous pour la prochaine…ah oui les barjots….avec encore un petit défi…entre filles!!!!

🙂 🙂 🙂

VIRGINIE

 

Trail du Ségala

Dimanche matin nous avons quitté notre plaine de Lescure pour faire un tour dans le ségala.
3 courses au programme 5km, 12km et 23km. Départ à 9h30 pour le 12km ou l’ on rencontre un 1er km très roulant en descente, puis viens le moment des côtes plus ou moins longue et plus ou moins pentu. Silvère m’ abandonne rapidement pour pouvoir m’encourager a l’arrivée ^^
Résultat : Silvère 68eme, Tatiana 120eme (20eme féminine sur 95) /231

PS: J’espere que tu es CONTENTE de lire mon résumé Virginie 😉

TATIANA 2017

Aussillon, un trail de costauds!!

Du côté d’Aussillon dans le Tarn, on avait rendez-vous ce dimanche 29 octobre pour un trail de 15km, reprenant le tracé inauguré l’année précédente. Un terrain de jeu idéal avec de beaux chemins, de beaux paysages dans la montagne noire, non loin de Mazamet. Le dénivelé positif d’environ 500m promet déjà de bonnes grimpettes, le tout dans des sentiers parfois accidentés. Pour cette édition 2017, l’épreuve avait un peu manqué de communication semble-t-il, et avec en outre cette météo soudainement presque hivernale, il était difficile de rameuter les foules. Pour être plus précis, 7 petits degrés au départ, mêlés d’un vent bien frais… Et niveau participation, il faut aussi rappeler que pas mal de coureurs autour de la région toulousaine s’étaient octroyé un petit break après le weekend du marathon. Au final, 105 coureurs ont relevé le défi, accompagnés d’une trentaine de randonneurs.  Et si on parle des résultats du jour, on mettra surtout l’accent sur la belle performance de Christophe 18é en 1h15 viennent ensuite Augustin 23é en 1h16, Ricou 26é en 1h18, Hugo 33é et 1er junior en 1h19, Marc 62é et second M3 en 1h16m24s suivi de très prés par Janot 63é en 1h16m26s et chez les filles on retrouve Domy 83é en 1h38 et Mathilde 92é et 1ere espoir en 1h43.

Bravo à tous.

Semi-marathon et marathon de Toulouse

Le dimanche 22 octobre 2017, se courait le marathon de TOULOUSE, le semi et le 10 km. Cette épreuve ne savait pas, ni même les organisateurs qu’ils allaient voir des coureurs des montagnes tarnaises déboulés dans leurs rues. En effet, l’ACL arrive en force dans la capitale de l’Occitanie.

Un coureur sera sur le 10 km, 9 seront sur le semi-marathon et un sur le marathon ! Faut bien qu’un « barjot » se mette sur la plus longue distance. Et dans ce club, nous avons toujours un barjot pour s’y inscrire !

Le temps n’est pas au beau. Cela bruine, y a du vent, où est passé l’été indien dont les informations télévisées nous rabâchent sa présence ? Bé il n’est pas à Toulouse ce dimanche matin.

Alors que les semi-marathoniens arrivent, Yohann est déjà en place pour le 10 km. Mais la sécurité, pour les coureurs et organisateurs, retardent l’arrivée des coureurs sur la ligne de départ. Faut dire aussi que certains arrivent au dernier moment. Enfin… Donc le départ du 10 prévu à la base à 08h30 ne sera lancé qu’à 08h50, heure prévue pour le semi. C’est pas grave, tout le monde prendra le départ de toute manière.

Cela laisse le temps aux 10 autres licencié(e)s de se prendre en photo avant de passer la sécurité. Photo transmise bien entendu presque aussitôt au président. Même loin et absent, il est là ! Trop fort. Autant vous dire que l’ambiance est montée d’un cran dans la file d’attente avec l’ACL en son sein. Cela parle fort, rigole, « déconne », enfin c’est l’ACL quoi !

Le 10 km part enfin. Aux vues du départ de Yohann cela va envoyer ! Il se trouve après six cents mètres dans les 30 premiers. Difficile de l’encourager tant la vitesse est élevée. Il va faire une course dont il a le secret et terminera en 34 minutes et 36 secondes pour être précis!

Soit accrochez vous au fauteuil, une moyenne de 17,34 km/h ! Quelle machine ! Pour les amateurs et amatrices de chiffre, cela fait quand même du 3,27mn au kilo !!!! A cette allure là cela lui ferait un semi en 1h13 et un marathon en 2h26… Tu sais ce qu’il te reste à faire Yohann ! Une 22ème place au classement général ! Vu comment le niveau était élevé c’est une superbe performance ! Bravo !!!

Maintenant place au semi-marathon ! Y a du monde ! Beaucoup de monde ! Les organisateurs ont annoncé sur le total des 3 courses 10 000 concurrents ! Donc LACAUNE se devait d’être présente ! Nous aurons donc sur les rangs, honneurs au dames : Mégane, Véro, Christine, Marie, (forcément) Maria, Sonia et Yolande puis Hubert et Francis ! L’avantage pour Hubert, c’est qu’aujourd’hui il n’aura pas à attendre Manu pour le relais (voir article sur l’EKIDEN).

Le départ est pris. Dans la foule des coureurs (2914), nous n’apercevrons pas nos licencié(e)s. C’est un arc en ciel de couleurs de maillots. Le pont de COURBERTIN est rempli des runners qui font trembler l’édifice.

On envoie les chronos d’arrivée dans l’ordre :

Francis 1h47 – 943ème-

Hubert 1h55-1463ème

Maria 1h55 – 1528ème –

Sonia 1h57 – 1631ème-

Yolande 1h57 -1647

Mégane 1h58 – 1748ème-

Marie 2h05 – 2172ème-

Christine 2h06 -2231ème –

Véro 2h07 -2276ème-

Christine et Véro faisaient leur premier semi-marathon en plus. Félicitations.

Et maintenant place au dernier licencié. Manu qui s’est inscrit sur le marathon. Il ne sera pas seul, encouragé par sa famille sur les trois quart de la course avant que les semi-marathoniens n’en terminent et l’attendent.

Ils sont presque 2600 à partir sur la distance reine. Le départ est donné à 09h40 (prévu normalement 09h20) et il fera donc le tour de TOULOUSE avant d’arriver comme tous nos autres licenciés sur la place du CAPITOLE et son beau tapis rose !

Il va avoir droit à tous les temps possibles, neige non comprise. Sombre, vent, soleil, pluie, la totale. Pas de pitié pour les prétendants à la médaille de finisher.

Pour aller au plus simple, sa course ira très bien jusqu’au 33ème kilomètre et finira comme souvent au moral.

Pendant que les coureurs du semi se battent pour récupérer leur consignes, il avance à son allure mais il avance.

L’alerte est donnée par son épouse qui prévient tout le monde. Manu a mal et cela devient dur pour notre coureur. Entre les encouragements sur son téléphone, ceux du public, ceux de sa famille, il va recevoir ceux du club de fort belle manière. Alertés, avertis, postés au 41ème kilomètre dans les belles vestes bleues de l’ACL, les semi-marathoniens déjà changés et douchés vont venir se mettre à courir avec lui sur 600 mètres. Relançant de ce fait notre Manu trahis par ses pieds qui le brûlent. Il repart gonflé à bloc pour son dernier kilomètre et passe la ligne en 4h01et 52secondes. Une 1461ème place sur 2598 finishers.

Il respirera un peu et prendra un bon ravitaillement avant d’envoyer un sms aux semi-marathoniens pour les remercier. La cohésion de ce club : l’amour et la famille !

Ensuite chacun repartira vers son domicile avec l’esprit plein d’images et le devoir accomplis. A savoir que les organisateurs ont prévu les choses en grand car chacun partira avec la médaille 2017 de l’épreuve.

Bravo à toutes et tous et à bientôt !

Manu

Labruguière, rond-point des espoirs…

« Vas-y tonton ! Vas-y tati ! » sont les clameurs scandées en fin de descente, et de difficultés; là où les coureurs franchissent à gué (plus ou moins) un ruisseau. De l’enthousiasme et peu de chance de se tromper : à part peut-être quelques jeunes gens, enfants uniques ou aînés de leur famille, nous sommes tous des tontons ou tatas de quelqu’un. Ils sont bien crottés, les « athlètes », surtout ceux de la piste jaune. En effet, depuis quelques heures, une intermittente et légère pluie, chaude de surcroît, savonne les sentes. Surtout quand elles sont escarpées. Heureux les premiers de cordée !

Toute une colonie de Lacaunais ou assimilés avait fait le déplacement ce samedi 21 octobre. Avec des performances plus qu’honorables, outre les victoires de Maxime (Durand) et Juliette (Bouisson). Comme la première équipe mixte sur le relais pour Virginie (Hérail) et Éric (Cambon) himself. Ou encore la 4e place de Laurent (Soccol) sur la course la plus fréquentée : le 12 km.

Le temps des (dés)illusions

Pour Lionel (Gros), c’est quand même ballot : faire 28,997 km en position de podiumable, et se faire éjecter à trois mètres de la ligne d’arrivée. Il faut dire que le père Gros était engagé sur la piste jaune, et lui  est plutôt un spécialiste des espaces… verts.

« Mais tu es le Poulidor de l’athlétisme tarnais! » S’appliquant à Hugo (Fabre), cette remarque semble fondée : voilà cinq fois consécutive qu’en individuel, il fait deuxième junior (derrière un vainqueur différent la plupart du temps). Mais voilà : Poulidor est né avec le Front Populaire (1936), et s’est forgé cette renommée d’éternel second (pas toujours justifiée du reste, certains aimeraient avoir son palmarès) dans les années 1960. Et, comme les gens indispensables, la renommée s’effrite au fil des ans. Il semble grand temps d’utiliser une autre métaphore si l’on veut être compris de tous, y compris des plus jeunes. Cher lecteur, si vous avez des idées… Mais la solution la meilleure, la voici : « Gagne, Hugo, gagne ! »

Lou camin de Farissou (12 km)

1.Vincent Devaux en 46’23… 4.Laurent (Soccol) à 1′ 32″ (1M1)… 18.Christophe (Tichit)… 31.Hugo (Fabre) et 2Ju… 44.Juliette Bouisson en 57’26″…  71.Marc (Fabre) et 3M3 (pour lui, 3M3, ce n’est « que » la troisième fois consécutive)… 98.André (Suc)… 117.Dominique (Tichit) suivie de Raymond (Soucasse)… 130 Tatiana (Devic).  162 arrivants.

La Piste Jaune (29 km)

1.Maxime (Durand) en 2h24’57″… 4.Lionel (Gros) à 9’15 ». 71 arrivants 

Le relais

3.Virginie Hérail et Éric Cambon (1ère équipe mixte). 7 arrivants.

Note: vous pouvez trouver facilement le classement complet avec un moteur de recherches. Au cas où il en resterait quelques-uns après moi qui ne s’en seraient pas encore aperçus, vous trouvez les « performances » précédentes (depuis 2004) de chacun en cliquant sur leur nom.

CHALLENGE DU PARC 2017

Il reste seulement la course d’Aussillon, ce 29 octobre. Au nombre de points, il suffit que Christophe (Tichit) s’y déplace pour être le dauphin de l’année. Aux 14 « meilleures » courses, il devrait aussi s’incliner, mais devant le M1 David Velasco, vainqueur masculin du challenge, et peut-être devant Christophe Grangié. Quoi qu’il en soit, avec un passé d’athlète très modeste (2 ou 3 ans), chapeau bas…. Il y aura d’autres podiums Marc (2M3), Raymond (2e ou 3e M4), Florent (Tichit, 2e Ju). Mais le plus extraordinaire nous remplit d’espérance : Hugo, le jeune Hugo qui attend toujours patiemment sa place de dauphin, il sera …premier. Premier junior ! Et s’il y prenait goût ? Poulidor était populaire. Mais les champions aussi peuvent être populaires !

 

 

Raspe trail

Cyrille était dimanche au Truel(12) et a participé au Raspe trail, le 22km. Il termine l’épreuve en 2h31m23s, 20é sur 141 arrivants…..un petit résumé peu-être!! 🙂 :)….

Load More