Courses Adultes

La Raviège : Francis le magnifique

« Magnifique et ombragé » : telle est l’appréciation de Francis (Gil) sur le grand parcours de ce dimanche 13 août. Lui a été plutôt lumineux. Il est vrai qu’il est le régional de l’étape, et a eu son mot à dire (et même plus) pour le tracé initial de cette épreuve née l’an dernier. Sur les 26 km, il a damé le pion à ses homologues lacaunais (Jean Rascol et Dominique Tichit) comme à ses classards (1er M3).

Le petit parcours était annoncé à 10 km. Alors, Christophe (Tichit), adepte des nouvelles technologies, avait programmé sa performance pour 10 000 m. Au-delà, il s’était mis en décélération. Résultat : « Je me suis fait doubler par quatre athlètes sur la fin. Normal : ma montre indique 11,5 km…) Quant à Hugo (Fabre), il aurait fini 1er junior s’il n’y avait pas eu un jeune extra-terrestre (deuxième au scratch). Du côté des vieux (M3), l’extra-terrestre, c’est Édouard (Meiler). À lui seul, il prive Marc (Fabre) et André (Suc) du doublé. Mais il informe que dimanche prochain, il est engagé sur une version de la course cycliste des Jalabert. Et les compères lacaunais y vont de leurs conseils à son endroit : «Mais oui, le vélo, c’est beaucoup moins traumatisant. Et surtout prends garde à ne pas faire la course de trop : vois ce qui est arrivé à ton homologue Usain Bolt… » Pour ces vieilles gloires du club d’athlétisme de Lacaune, à l’inverse de Francis, ce n’est pas le goudron qui est bénéfique pour le repos des pieds, mais bien le tapis rouge qu’ils entrevoient…

Comme le site pour ceux qui ne le connaissaient pas, le parcours a charmé tous les participants. Y compris André qui, en bon insoumis croit bon de rajouter : « Quel dommage qu’il y ait ces 400 mètres de monotrace proches du départ : j’ai dû y faire la chenille. Moi qui suis déjà papillon : à preuve mes grandes envolées …littéraires. Sinon, après partout on peut se lâcher. »

La Salvetat. 10 km

1.Abel Jorissen en 48’11… 5.Laurent Soccol (2M1) en 51’30… 16.Christophe Tichit en 58’26… 22.Hugo Fabre (2J) en 1h00’47… 38.Marc Fabre (2M3) en 1h06’53… 53.André Suc (3M3) en 1h10’54…              (154 arrivants.)

La Salvetat. 26 km

1.David Colomine en 2h07’39… 44.Francis Gil (1M3) en 2h46’40… 50.Jean Rascol en 2h49’00… 66.Dominique Tichit (3M1F) en 2h55’43… (109 partants, à vérifier)

[Voir sur photo (transmise par Édouard Meiler) : Laurent (Soccol) et Hugo (Fabre).]

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Vabre et son accueil chaleureux

Pyrale : (de feu, même racine que pyromane) papillon crépusculaire dont les chenilles sont souvent nuisibles aux cultures. Les Lacaunais, arrivés en ordre dispersé par la verdoyante vallée du Gijou, ont pu s’en rendre compte : les pyrales (si c’est bien ce papillon le coupable) ont fait des ravages dans les bordures caillouteuses et ensoleillées des bois, prés et jardins, semant de longues traînées brunes dans le paysage. C’est pour cela que l’organisateur, ayant sans doute peur que ces chenilles dessèchent aussi les athlètes a préféré les conserver dans la vallée.

Un autre qui a peur que les coureurs se dessèchent, c’est Éric (Cambon). À l’un de ses premiers passages dans le bourg, il lance aux bénévoles : « Donnez-nous des bouteilles : cela s’impose aujourd’hui. À quoi ça sert qu’elles restent en palettes dans un hangar… » Chassez le naturel, il revient au galop : dans son vrai métier, il est le tenancier d’un abreuvoir.

On le sait, lorsque les Lacaunais sont las qu’on prenne leur pays pour la Sibérie, ils lancent des plaisanteries du type : « Oui, comme il grelottait, j’ai donné une couverture à un ours blanc que j’ai croisé à midi, près du casino ». Tout de même, certains montagnards sont soumis plus que d’autres au désagrément d’une excessive chaleur. Notamment ceux qui travaillent dans le froid. Comme les Tichit : Christophe en charcuterie, Dominique au rayon surgelé ou réfrigéré. Une énorme chance, alors que tout le monde recherche un peu de fraîcheur. Et en plus, ils toucheraient un salaire réel : attention à la loi sur la moralisation de la vie publique… Tout ce préambule pour dire que si le soleil darde ses rayons (de bicyclette) pour tout le monde, les Lacaunais sont globalement un peu plus en difficulté que la moyenne. Et l’enthousiasme des supporters Tatiana (Devic) et Sylvère n’a pas suffi à les galvaniser.

Briller : c’est le soleil ou eux. Et ce samedi 29 juillet, ce fut le soleil. Pas d’or, donc pour les Lacaunais. À mettre en exergue cependant : Laurent (Soccol, 6e, mais le top 10 est pour lui d’une banalité…). Et Virginie (Hérail): partie de très loin, elle a soufflé le chaud sur Éric et Christophe. À signaler aussi la seconde jeunesse de Marc (Fabre) qui dame le pion au fiston Hugo (« Bon, avec cette chaleur, je n’ai pas voulu me mettre dans le rouge ») et à son cadet Jean (Rascol), cool au démarrage. Plus loin : « J’ai du mal à réaliser. J’ai tout donné. Je pense avoir atteint un palier. » Celui qui parle ainsi, comme un médaillé olympique, c’est André (Suc). Le palier en question, c’est celui du dessous : plus question de finir dans la première moitié du peloton, mais d’éviter le dernier sixième. Ce que c’est que le poids des ans… et des petits apéros dînatoires estivaux.

À signaler une grande convivialité pour le groupe qui s’est fait un plaisir amical de rester en soirée pour les festivités. Sauf deux ours (polaires) mal léchés (l’un des Vidals, l’autre de Cabannes). Bien entendu, nous ne citerons pas leurs noms. Sans doute étaient-ils indispensables ailleurs ?

La Gijounade (10,8 km en trois tours de circuit)

  1. Yohann Camps en 41’44″…  6.Laurent Soccol en 43’07 » (2M1)…   31.Christophe Tichit en 49’53″…   34.Éric Cambon en 50’21″…   37.Virginie Hérail en 50’38″(2M1F)…   64.Marc Fabre en 57’33 »   65.Hugo Fabre en 58’03 » (3J)   66.Jean Rascol en 58’05″…   88.Dominique Tichit en 1h01’22″…   99.André Suc en 1h03’55″… 121 arrivants.

 

600 marches de La Salvetat

25 JUILLET 2017

 

1-2-3-4…..non non non on ne compte pas, on se concentre(pour ne pas glisser….)et on y va!!!!!On fonce!!!parce qu’elle est courte mais intense cette course aux escaliers qui se termine même parfois au sprint!!!! 😉

Nous voilà donc tous, ou presque, pour cette fameuse course au coeur de la Salvetat, une première pour certain(e)s!!!!

Il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup…..de marches bien sûr!!!du monde un peu moins, le temps pluvieux certainement….mais bonne ambiance quand même, une petite quarantaine de coureurs au départ, sans compter les enfants qui ont déjà terminé leur course….

Tout se passe bien, personne n ‘est tombé parce que ça glisse quand même un peu,….et un petit sprint final pour clôturer l effort!!!Les garçons ont eu un peu peur de se faire dépasser par les filles parce qu ‘elles se sont acccrochées aussi!!! 😉

D’autre l’on pris un peu plus cool, il y a  encore le semi-marathon dans les jambes!!! 🙂

Bravo à tous!!!!

Podium et puis bierote saucisse, on ne va pas s’en faire non plus….A l’an prochain, pourquoi pas!!!???

Victoire chez les filles de Virginie, deuxième Eva……

Victoire chez les garçons de Bastien, troisième Axel…..

Virginie

Virginie 1ère féminine

MARVEJOLS MENDE….TROP CONTENTE!!! ;)

SEMI-MARATHON MARVEJOLS MENDE 2017

Un beau week end en Lozère…..

 

Nous voilà donc partis, 5 compères de Lacaune(j en fait parti maintenant non!!???…)aux alentours de 17h, Ricou Chitit, Chitita, Virginie et Hubert que l’on récupère à Murasson, petit village haut perché au milieu de ….ben je sais pas,….pas trés loin de…pffff…..loin de rien prés de tout ou le contraire…enfin trés joli et trés agréable avec le soleil qui nous accompagne et on en profite aussi pour faire un petit bisou à Laurie…..et puis on évite de justesse un embouteillage,il y a la fête ce week end à Murasson….ouf on passe sans encombre!!!! 😉

Route sympathique, viaduc de Millau….et nous voila aprés 2 h de route à Marvejols ou nous attendent Yolande, sa maman et Francis.Un accueil trés chaleureux nous est reservé, il ne nous manquera absoluement rien du week end!!!Toujours dans la bonne humeur nous voila donc installés  au pays des TICHIT,…parole de Christophe il y en a plein en Lozère, il a d’aileurs peur d’être classé au palmarès des Lozériens, » faudrait pas qu ils se trompent je suis de Lacaune moi!!!! » 🙂

Petite reco en Volvo avec Yolande, sympa pour se mettre le parcours en tête….mais non Domy ça ne monte pas tant que ça!!!!…..La 1ère côte ne fait que 5 km….

Une bonne soirée, une bonne nuit et nous voila d’attaque à 7h…devant un bon café et une fouace du tonnerre!!!!On se motive avant d’attaquer ce pour quoi on est venu, la course….ben oui!!!!

Donc nous voila parti à pied jusqu’au départ….pour l’instant ça ne fait que descendre….

Du monde, du monde….bonne ambiance….3500 personnes environ au départ….on retrouve des connaissances,enfin Ricou il connaît tout le monde!!!…ça promet une arrivée arrosée… »oui oui moi aussi je te paierai la mienne…enfin si j’arrive!!!! » 🙂

3-2-1….C EST PARTI!!!!!pour 22km400 et des poussières….Bonne course à tous!!!

Domy est un peu anxieuse, mais non ça va aller….ce n’est pas un peu de bitume qui vont t’effrayer!!!….et puis là c’est un avant goût pour le marathon ….

Yolande ne sait pas trop, elle reprend doucement,….moi je saute partout , y’a des côtes ça c’est pour moi!!!! 🙂

Et les garçons « no stress »….

Et voila depart sur l ‘asphalte , du beau, du dur, du vieux…on aura eu tous les goudrons!!!et on a de la chance le temps est avec nous, bonne température, couvert, le top pour courir…

On attaque donc environ 5 km de plat…et nous voila au pied de la côte « là ou commence l’ENFER », 5km de côte non stop….que du bonheur….(en tout cas merci à tous les bénévoles qui nous ont distribué des bouteilles d’eau et qui nous ont encouragé au passage)…Alors là on y est en plein et on ne lâche rien parce qu’ il paraît que l’an dernier Sonia n’ a pas marché une seule fois, alors on ne va pas marcher non plus….bon peut être Hubert un peu, mais juuuuste un peu…..;)

Le sommet GOUDARD…AH….ENFIN….Une vue superbe sur le relief Lozerien!!!Christophe est loin devant, moi je rattrappe Ricou, et oui!!!! »je suis contente »!!!! ;)mais bon ça ne dure pas, je le perd de vue dans la descente… »non vraiment vas y ne m’attends pas je le prend cool moi en descente!!!! »…C’est vrai que la descente est aussi impressionnante que la montée et  moi j écoute les conseils de Yolande »ne lachez pas tout parce qu’aprés il y encore une bonne côte et vous risquez de vous cramer!!! »…Bon OK donc cool la descente, enfin pour les filles , je crois que les garçons ont tout lâché…..

Domi et Yolande ne sont pas loin et Hubert aussi, oui, oui, il est toujours là même si il a un peu marché…..chut…..

On reprend sur du faux plat avant de rattaquer la dernière côte avant Chabrit, un peu moins longue mais tout de même…..

Je réussi à rattraper Ricou au sommet…non mais!!!…et puis là, vue sur Mende et 4km de descente ou là j’avoue on lâche tout parce qu’il y a l’arrivée pas loin et « juste » 400 m de petite montée dans le centre ville, qui font mal, certes,mais qu’on sait être le dernier effort!!!Beaucoup de personnes au bord de la route, les enfants à qui l’on tape dans la main, trop mignons…, « Allez, allez c’est l’arrivée »….et enfin elle est là!!!!!Sous les applaudissements, les acclamations, la joie…un public trés chaleureux…..une rose pour chaque dame, un beau chapeau pour tous une médaille et le t-shirt de l’année couleur DDE….

LES RESULTATS ICI

On est tous trop  content d’être arrivé, dans l’effort mais avec le sourire!!!quelle belle course!!!!

Une petite bière, un petit tour au mont Mimat, belvédère magnifique au dessus de cette belle ville de Mende et retour par un chemin qui restera pour tous dans les mémoires surtout pour  Hubert qui n’en revient toujours pas….on ne s’est pas perdu et en tous cas on a bien ri!!!!

Retour au bercail fatigué mais heureux!!C’est tellement beau cet effort partagé, aller au bout de soi, être fier d’arriver…être encouragé et encourager aussi…

Un grand merci à la maman de Yolande pour son extrême gentillesse et son accueil, à Yolande et Francis pour s’être occupé de tout et un grand merci à tous , belle équipe de Lacaunais!!!!

Virginie

PS: tout s ‘est bien passé pour Domy puisque aux dernières nouvelles elle s’est inscrite pour le marathon de Barcelone!!!!Super!!!!!

 

 

Rouairoux : le retour du grand Axel

Rouairoux : commune de 360 habitants qui a du mal à asseoir son empreinte entre Labastide-Rouairoux (musée du textile) et son ancienne gare portant le nom de Lacabarède. Rouairoux : il suffit d’être vigilant pour trouver ce bled, ou plutôt la voie verte. Et là plus question de se perdre : la « Pitchounette » était impeccablement balisée par l’ASC, soit « Apéro-saucisse-calva » parodie de l’Association sportive cabarédienne. Un parcours viril mais correct, avec des côtes présentant des pourcentages ingurgitables en petites foulées et, en deuxième partie, des descentes qui permettent de se lâcher dans les chemins charretiers abondés de quelques décamètres en monotrace. Bref, un parcours comme les apprécie sans réserve les vétérans quelque peu usagés, et d’autres catégories de population avec eux.

Quel bonheur pour l’Athlétic-club lacaunais (ACL) : ses sociétaires n’ayant pas obtenu de podium sont (presque) des anomalies. Soulignons d’abord le podium général conquis par deux ACListes : Maxime (Durand) et Laurent (Soccol). Rappelons que si ces deux athlètes s’inscrivent pour les courses populaires sous leur club de cœur (respectivement les Galopins de Brassac et Assoc. Pierre-Fabre), ils ont choisi l’ACL, affilié à la fédération, pour pouvoir participer aux différents championnats et figurer dans les classements officiels. Comment ne pas s’incliner devant le talent de Maxime et Laurent ?

À une dizaine de minutes, arrive le premier des Lacaunais pur porc : 1,90 m, 72 kilos et 18 ans d’âge. C’est avec grande sympathie que nous avons revu dans le circuit, bac en poche, Axel (Calas), aux aguets sur le trajet pour guetter le bond d’un chevreuil derrière les vitres teintées du « mulet » de la famille Tichit, chasseur de sanglier dans le civil, et félicité chaudement par le… Renard (Sébastien de son prénom, cheville ouvrière et baratineuse de cette aimable organisation) sur le podium forestier artisanal. Éric (Cambon), 55 ans, soulignant cependant qu’arrivé seulement deux minutes plus tard, il ne s’est pas franchement laissé plumer par le premier junior. Voir les autres performances, distinguées ou anodines, dans le classement.

Un mot des récompenses aux vainqueurs, y compris par catégories : un trophée (en bois ?) représentant le profil de la course. Une bonne idée « couleur locale » qui ne pouvait que séduire les lauréats. Notons que le sympathisant Roland (Soucasse) bénéficie sans vergogne, outre d’un double domicile (Barre et Marseille), du trophée du V4 et de l’obtention d’un lot par tirage au sort. Attention à la loi sur le cumul des avantages !

Prochaines aventures : Marvejols-Mende et la Course des escaliers (La Salvetat-sur-Agout) franchement moins pleine nature. Avant d’embrayer sur Vabre, où Christophe (Tichit) promet d’emporter avec lui un bloc de glace, au cas où la canicule sévirait comme en 2016. Mais gardons la tête froide : le soleil darde ses rayons pour tout le monde, concurrence incluse.

La Pitchounette (14 km)

1.Maxime (Durand) en 59’25… 3.Laurent (Soccol, 2eV1) en 1h03’52… 13.Axel (Calas, 1er J.) en 1h09’30… 18.Éric (Cambon, 2eV2)en 1h11’17… 20.Christophe (Tichit) en 1h11’51… 31.Hugo (Fabre, 2eJ) en 1h15’14… 49.Marc (Fabre, 2eV3) en 1h22’42… 72.André (Suc)… 81.Raymond (Soucasse, 1er V4)… 85.Dominique (Tichit)… 106 arrivants.

RESULTATS: ICI

 

Trail en Croatie

Jérome en vacance en Croatie a participé samedi dernier au

Naturel Velebit Ultra Trail 2017 – 50 Miles 82km / 4.000mD+

Voici son récit à chaud…………

Un bonjour de Croatie où je suis finalement venu à bout de ces 82 km  dantesques ! Finisher en 23h08, 28 ème sur 29 arrivants et 51 partants ! Des conditions extremes, 34 degrés et très peu d’ombre , balisage aléatoire tous les 100 ou 200m et non réfléchissant la nuit, monotrace traversant des champs de mines, pas de contact avec l’extérieur, eau de puits ou sources quand elles n’étaient pas asséchées, pas de nourriture au ravito (plutot check point), sentiers non débroussaillés…. enfin du 100% naturel. Une course avec des moments difficiles(souvent pensé à l’abandon) surtout au check point du 63 ème km enfin 66 à ma montre, le responsable du CP me dit que j’ai 15min de retard et que la course est fini pour moi ! Bien évidemment, il faut que je rentre par mes propres moyens soit par le parcours soit en prenant un raccourci que je ne connaissais pas ! Complètement abattu, je continue sur le parcours en marchant et en ralant tout seul. Puis, les nerfs me montent et je décide de courir et d’essayer d’arriver avant la dernière barrière horaire de 21h30. Et la bingo, 21h15 j’arrive au CP où l’on me dit que je suis toujours en course et que je peux continuer ma route ! Délivrance, je finis les 11 derniers kilomètres en courant et avec la banane ! Pur moment de bonheur à l’arrivée où je retrouve ma petite famille. Des moments inoubliables et des belles rencontres. Sincèrement, la Trans Aubrac était une  promenade de santé par rapport à ce trail de dingue ! A bientot

Trophées des Sportifs 2016/17

Saint-Agnan : l’été en pente rude

« Le parcours ? Exigeant, mais intéressant. En tout cas, je me suis régalée, » telle est l’opinion de Virginie (Hérail), venue en voisine, de Saint-Salvy-de-la Balme. « Quel intérêt de multiplier les difficultés sur la première moitié, sachant qu’il suffirait de débroussailler les chemins charretiers ou muletiers existants, beaucoup plus humains, «  soupire André (Suc). Un vétéran qui applaudit sans réserve cependant à l’ingéniosité qui a prévalu pour monter les douches artisanales dans le pré contigu, douches dont les caillebotis sont des palettes de stockage et les rideaux des bâches pour abriter à l’ordinaire les tas de bois. « Sublimes, ces sing… euh ces monotraces, » estime Éric (Cambon). Bref, autant d’avis que d’athlètes lacaunais (huit) en ce samedi 17 juin de fête. Mais l’adhésion à ce tracé bénéficie tout de même d’une majorité écrasante.

Ce qui est sûr, c’est que cette course a employé de nombreux ETP (équivalents temps plein) : pour imaginer le parcours et le tracer (quelques lacaunais étaient descendus pour la reconnaissance), sans compter un balisage haut de gamme, complété par des panneaux « danger », et de nombreux signaleurs de tous les âges sur le circuit, beaucoup gérant aussi de sommaires buvettes. Sans doute des « emplois réels pour des salaires fictifs »…, comme une ultra-moralisation de la vie publique.

La chaleur a été trop pesante pour Florent qui a préféré laisser filer après la mi-parcours. Mais on le sait, la tribu Tichit vient des pays froids. Du reste Dominique (la maman) avait préféré jouer au Casino (d’en haut) dans une atmosphère climatisée au moins jusqu’à l’heure du goûter, plutôt que de venir suer sous le burnous. Néanmoins, l’avis général était plus tempéré, car les endroits exposés au soleil étaient rarissimes. Invisible depuis sa participation au téléthon de Murat, notons avec plaisir la sortie d’hibernation (il lui reste de la neige sur son couvre-chef aux larges bords) de Raymond (Soucasse) le canaque (du hameau de Canac, Murat). Avec un bémol : ses deux chutes. L’équilibre, si au bout de 70 ans à le chercher, il n’est pas encore trouvé, mieux vaut… laisser tomber. Mais Raymond apprécie sûrement dans ses plongeons la mousse des sous-bois.

Coup de chapeau au plus lacaunais des Brassagais, Maxime (Durand) : il survolera ce trail finissant mais dans la main avec son jeune comparse Abel Jorissen. Un Maxime toujours positif et lumineux dans ses analyses. Vainqueur féminin, Virginie (Hérail) est aussi une bonne communicante. Quant à Hugo le junior, à chaque course, c’est un palmarès qu’il se forge. Et c’était écrit : Fabre est le nom occitan du forgeron.

Entre deux rives (trail de 14 km)

  1. Abel Jorissen en 1h05’39 »   2.Maxime (Durand) même temps ; 25. Christophe (Tichit) ; 37.Virginie (Hérail) en 1h28’53 » (première femme) ; 38.Éric Cambon ; 39.Hugo (Fabre)en 1h30’16 » (1er junior) ;                                             49. Florent (Tichit), 2ème junior ; 54. Marc (Fabre), 3ème Master 3 ; 60. Jean (Rascol) ; 70. André (Suc) ; 84.Raymond (Soucasse) 1er master 4 (91 arrivants)

J’essaie de mettre des photos. Sur les podiums, vous reconnaîtrez successivement Virginie, Maxime, Hugo et Raymond.

Mérinos : toisons d’argent et de bronze pour les juniors

« Pfff… je crois bien que j’y ai laissé 2 kilos et demi, » soupire Marc (Fabre) après la course de Mazamet, ce vendredi 9 juin. Pour le public, c’est le moment où jamais d’admirer le futur retraité lacaunais. Car, comme il confesse qu’il a déjà abandonné trois kilos au Bout-du-Pont-de-l’Arn une semaine plus tôt, à ce rythme, avant la fin de l’été, il devrait devenir transparent… Sauf sur les registres où, si présentement il ne fait pas de podium en master 3, il consolide sa place dans le Top 10 toutes catégories du Challenge du Parc. Toujours devancé sur ce plan par le fiston Hugo, tandis que Christophe (Tichit) est le dauphin de ce classement provisoire.

« Mazamet, grâce à ses ingénieux industriels qui ont été capables de trouver des procédés de traitement et de les conserver secrètement, est la capitale mondiale du délainage. » Naguère, dans tous le département, jusque dans les vallons oubliés, tous les écoliers étaient fiers de cette ville championne. Le monde a bien changé. Aujourd’hui, de pitoyables friches « ornent » la vallée de l’Arnette. Et, à deux pas, les gens s’en moquent éperdument. Ils s’amusent, toujours plus : au détour d’une place, une Piaf moderne a remis (avec talent) à la sauce rock moderne les standards de ses arrière-grands-parents. Tandis que les coureurs/euses qui s’échinent gagnent quoi donc à la sueur de leur front ? Même pas leur pain. Peut-être une médaille, comme les juniors Hugo (Fabre) et Florent (Tichit).

Le monde a bien changé : c’est la civilisation des loisirs. Tant mieux. Mais quand même, les générations de jadis doivent ressentir comme un camouflet que, deux jours après, leurs descendants (les citoyens contemporains) ne respectent même plus dans leur majorité le minimum syndical : le devoir de choisir leurs représentants.

10 km en ville

  1. Marques, de Brive (Paulo est très fort: 34’25). 21. Christophe (Tichit) en 41’11 »   28.Éric (Cambon) en 42’04 »   33.Hugo (Fabre), 2ème junior en 43’28 »   42.Florent (Tichit) 3ème junior en 44’21 ».   71.Marc (Fabre) en 48′.   103.Dominique (Tichit) en 52’22 »   106.André (Suc) en 52’37 » (156 arrivants).

Meeting Interne Amical 2017

Voiçi le lien de la vidéo ICI

 

Le meeting amical de l’ACL !

Un beau soleil orne le ciel de LACAUNE pour accueillir les licencié(e)s de l’ACL pour terminer la saison en beauté à ce meeting amical du club en ce 11 juin 2017 !

Au programme : quatre épreuves pour effectuer ce challenge ! Une course de haies sur 100 m, un lancer de poids (3 Kg pour les filles, 5 pour les garçons), un jet de vortex et enfin un 1000 m en course à pied.

Après un échauffement individuel puis collectif, nos sportifs ont commencé par les haies. Toujours dans une ambiance de folie qui est présente perpétuellement dans notre club et accompagnés d’encouragements nourris.

Sous la houlette de notre juge arbitre, les règles sont rappelées et tous se lancent, deux par deux, sous les ordres du stater ! Chronos enregistrés, classement fait, épreuve suivante.

Le poids ! Épreuve redoutée par certain(e)s mais là encore l’ambiance est là. Chacun donne son maximum et essaye de grappiller quelques centimètres sur les trois lancers mesurés ! La compétition est lancée. Mesures faites et enregistrées !

Lancer de Vortex. Petit instrument qui normalement est prévu pour les plus jeunes afin de les initier au lancer de javelot. Mais une nouvelle fois, l’épreuve montre que tous jouent le jeu. Même si à deux reprises le photographe du jour a été pris pour cible… Amicalement bien entendu ! Rassurez vous, il va bien ! Les décamètres sont dépliés et tout a été une fois encore, noté et paraphé !

L’épreuve de course à pied ! Plus dans les habitudes de nos traileurs et bitumeurs ! Les filles partent en premières et sous la chaleur tarnaise font de très bons temps !

Les garçons n’ont qu’à bien se tenir ! C’est à leur tour de prendre le départ. Eux aussi donnent le maximum. Deux tours de piste et 200m plus tard, ils passent la ligne d’arrivée. Chronos enregistrés ! Le juge arbitre et le président n’ont plus qu’à faire le classement.

Comme chaque année chez les filles, 3 féminines ont gagné, et chez les masculins, trois garçons ont terminé premiers ! Mais l’essentiel était ailleurs… Quoi que !

Et, sans parler politique en ce jour d’élections, nos épreuves ne peuvent se terminer en bons « gaulois » que par un repas pris en commun !Il est pris dans une ambiance digne de celle de la matinée. Rires, rires et encore rires. Quelques photos circulent, quelques vidéos sont montrées… De l’amitié à l’état pur !

Puis la vidéo du marathon de NICE 2016 ressort. Chacun parle alors de son prochain objectif ! Et si celui du club était d’inscrire ces licencié(e)s sur le marathon de BARCELONE ou de ROME l’an prochain ?!? Comme dit le président : « ils font tous les deux la même distance de toute manière ».

Affaire à suivre !

Maintenant place au repos, aux prochaines courses et à la préparation du CHARCU’TRAILS 2017 !

Un grand remerciement aux personnes ayant participé à cette journée, au président et à notre juge arbitre pour l’organisation des épreuves, aux hommes pour le repas et l’intendance et enfin un grand merci à Lionel, Marie et Gabriel pour le gâteau et le champagne……!!!

Pour les personnes présentent 442 photos ont été faites par notre « photographe » du jour. Alors n’hésitez pas à lui demander par mail, il se fera un plaisir de vous les transmettre !

A tous et toutes bonnes vacances, bonnes courses et bon RUN !

 

Merci MANU !!!!!

Load More