Jusqu’au bout cette journée aura bien porté son nom, même à table le rouge” raspé ” un peu le gosier… Heureusement, précédant le repas, nous avions trouver refuge chez l’aubergiste local. Lui aussi, il “raspe” dur, mais plutôt de la carotte, vous avez compris, carotte râpée, bref, on s’égare…Car pour pouvoir profiter de ces instants chaleureux, avant,  il fallait être solide sur les appuis pour éviter que l’aventure ne tourne à la “raspaille”. Au menu du jour, 21km et 1000 d+, même contenu que notre Montalet. Sauf qu’ici au Truel, les “raspets” sont nombreux, répétitifs et farouchement raides, de véritables casses pattes. La vue sur la vallée du Tarn, le patrimoine traversé est à couper le souffle, mais ce dernier manque trop souvent, le parcours ne laisse place à aucune récupération. C’est parfois pire dans le descendant, avec des passages très très chaud, tout est fait pour ce “raspé” les guiboles ! Un vrai bon trail comme ont les aime, avec pour seul bémol des portions de pistes et routes trop nombreuses.

Indéniablement, Janot aura été le plus vaillant du jour, remplaçant au pied levé de l’ami Cyrille. Il aurait pu/dû être raisonnable et s’élancé sur le 10km, mais non, lui aussi voulait se “raspé” la couane, esprit club, on peut le comprendre. Sur un parcours si éprouvant cela n’a pas été une partie de plaisir. 3h00 d’effort, 123e sur les 157 arrivants. Maintenant c’est vélo jusqu’à Noël pour un podium V2 au Brassac’athlon !

En parlant de V2, quel régal de voir le final de Ricou ! Sans entraînement, il se permet le luxe de terminer au sprint, à bloc, avec une rage de junior ! 5e V2, il s’incruste dans la première moitié du classement, 67e en 2h40.28. Bravo pour cette énergie, continu à joué ton rôle de locomotive et l’on “raspera” d’autres courses, d’autres podiums pour le club.

Juste devant, les deux freros ont tremblé jusqu’au bout sous les hurlements présidentiels. Fabien assez frais jouant son rôle d’aîné avec panache, au soutien d’un Bastien amoindri par une prolongation tardive au foot la veille au soir. Tous deux terminent, 65/66e en 2h40.08. Mais que c’est bon de voir notre jeunesse faire front face à la difficulté, consciente des valeurs apportées par le dépassement de soit. Les “petits” je vous le dit ! ne changer rien ! Pensez juste à préservé votre corps quand il le faut, de nombreux défis vous attendent encore.

Pour ma part, je clôture avec fierté cette belle saison. Il était grand temps de faire une coupure, ici et aux Banuts j’ai beaucoup puisé dans mes ressources, un peu trop pour tout dire. Car même si la passion est grande, il faut savoir reconnaître ses excès. Et là, je n’ai plus ma “niaque” naturelle, je tire sur la “machine”. Ainsi, à la vue du tempo imposé lors du tour de village, je n’ai pas cherché à accrocher les très bons coureurs partis au contact du trio de champions favoris. Je franchi le premier “raspaillou” 8e, un peu dans le rouge… je resterai en solo jusqu’au bout à cette position. Avec le manque de fraîcheur, l’isolement de course n’est pas toujours chose aisé. Je m’accroche, après tout, je suis en tête des “bons” coureurs ! Et puis hier l’ASBéziers l’a emportée chez les albigeois, et là, ça me refile la “sanquette”, je fredonne quelques airs d’ambiance, aqui es besiers ! Le second souffle arrive, derrière personne ne doit rentrer, j’enquille dans le final, 2h08.57, heureux ! En 2015, compter sur moi, ça va Rasper ! Vive l’ACL !

raspetrail 21km