Mon long marathon d'ALBI 2017

J’y suis ! Au départ de mon 4ème marathon ! Après TOULOUSE (2 fois) et NICE l’an dernier, je me retrouve avec le beau maillot d’IMAGINE FOR MARGO à cette course.

Le réveil a eu lieu très tôt pour un dimanche. Ce sont les joies de courir ! Le départ se fera à 08h45, mais entre ce qu’il faut faire avant (petit déjeuner, les délais de routes, la récupération du dossard et surtout trouver une place de parking), il faut se lever plus tôt encore. 06H00 réveil ! Petit déjeuner et départ direction la préfecture du TARN.

Mon entraînement a été, comment dire… fait à l’arrache. Entre le travail et le déménagement familial plus les travaux à la maison, ce dernier a été fait pour une fois sans être bien suivi. Mais je suis motivé. Confiant … pas beaucoup mais motivé.

08h00 çà y est. Je suis prêt. Dossard en place, puce pour le chrono installée, motivé au maximum et j’ai ma première supportrice avec moi. Mon épouse m’accompagne et j’avoue sans aucune gêne que c’est un plus pour moi.

Je retrouve des amis avant le départ. Chacun exprimant son objectif temps. Ils sont tous sur le semi et je sais que même s’ils iront plus vite que moi je les croiserais forcément sur le parcours. J’y reviendrais.

Mon long marathon d'ALBI 2017

Plus que quelques minutes avant de lâcher les coureurs dans les rues albigeoises. Bisou à mon épouse, check pour les enfants malades et je m’installe dans la foule des inscrits. Nous sommes un peu plus de 400 sur le marathon et plus de 2000 sur le semi. Nous partons tous en même temps. Classe !

Les applications sont prêtes à être lancées et je me place près du meneur d’allure des 4 heures pour le marathon. Mon objectif est de le suivre le plus longtemps possible. Je doute le suivre tout du long, mais si il me lâche pas trop trop loin de l’arrivée le marathon sera réussi. Enfin pour être franc, seul le passage sur la ligne dira que j’ai réussi ma course. Je ne dois battre qu’une personne et c’est moi.

Bang ! cool Nous sommes surpris par le départ. Et nous voilà partis pour une visite dans la ville d’ALBI et dans son centre historique classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Top !

Mon long marathon d'ALBI 2017

Passage devant le grand théâtre, puis les rues pavées du vieil Alby et sa cathédrale. Petit selfie rapide et on range le téléphone. On discute un peu avec le meneur d’allure. Les gens sont sympas et malgré un grand soleil pas grand monde n’est là pour encourager. Dommage. Le long week-end a du jouer.

Mon long marathon d'ALBI 2017

Je rentre dans SAINT JUERY et je sais que je vais descendre vers la vallée longeant le TARN. Le vent présent de temps en temps ne gêne pas trop à ce moment là. Il a été la discussion de tous les coureurs avant le départ. Le vent est présent et fort. Chacun calcule… « on l’aura dans le dos lors du retour vers l’arrivée »… « Pourvu qu’il ne tourne pas ! ».

Enfin, là je suis protégé par le groupe et les bâtiments citadins d’ALBI. A chacun des ravitaillements, je prends à boire et à manger. D’habitude au début, je ne prends qu’à boire mais comme je vous l’ai dis je ne suis pas très confiant alors je prends le maximum en liquide et solide pour éviter la panne sur le retour.

Pour vous expliquer, lors de cette course à ALBI, on a tous une partie de parcours en commun. Les amis faisant le semi-marathon prendront eux aussi la vallée du Tarn et feront demi-tour au 11,5 km. Moi j’irais faire demi-tour au 22ème kilomètre. Du coup, je croise mes potes qui sont en train de revenir vers la ligne d’arrivée. Chacun s’encourage et on se fait un signe de la main d’encouragement. De tous petits moments qui motivent.

Les bénévoles aux ravitaillements sont souriants, ils se pressent pour nous donner ce que nous voulons et un petit mot pour notre course. C’est vraiment top ! Ils ont été super tous autant qu’ils sont.

Notre groupe des 4heures est pour quelques mètres encore avec le groupe des 2 heures au semi. Un grand « Bon retour les deux heures ! Bonne course » se fait entendre vers nos camarades d’un jour qui vont faire demi-tour. « Bonne chance les marathoniens » nous lancent-ils. Génial l’entraide !

Dernière information. Au marathon d’ALBI il y a aussi un, enfin deux, choses que je n’ai jamais vécu sur une course. Nous devons passer dans deux tunnels ! Et à deux reprises ! Une fois à l’aller et l’autre au retour bien entendu. Le premier fait 948m de long et son petit frère ne fera que 341m. Ils datent de 1914 et ce n’est pas l’éclairage le plus efficace que je connaisse. Mais on y voit juste assez. J’ai adoré ce passage. Il fait frais mais cela bloque le vent. Je perds quelques mètres sur le groupe.

Mon long marathon d'ALBI 2017

Je sens que les jambes ne répondent pas très bien. J’hésite à forcer ou à rester non loin d’eux. Je décide de ne pas forcer. Si cela va mieux je rattraperai après… ou pas. Je suis dans un faux plat montant qui dure et qui dure. Je n’ai qu’une vingtaine de mètres de retard mais impossible de les combler.

Patience ! Rester patient et concentré sur ma course. Et comme d’habitude, je me retrouve tout seul sur la route. Personne juste à côté de moi, personne juste derrière. Mais cela ne me gêne pas. C’est comme cela 90/100 de mes entraînements. Un petit hic de plus… Pas de réseau. Vous me direz pas besoin de réseau pour courir. Certes. Mais pour recevoir les encouragements c’est un plus. Je n’en ai pas -encore- besoin mais bon.

Je croise le premier marathonien qui lui est déjà sur le retour. Une vraie fusée. Il vole sur la route. Je n’ose calculer le nombre de kilomètres qu’il m’a mis dans le museau. Non on calcule pas Manu, calcule pas. Cours. Ses poursuivants sont dans le même style même s’il a bien fait un bel écart.

Je suis toujours au contact « proche » du groupe des 4 heures. Nous allons bientôt faire volte-face nous aussi.

Je passe le 21,1ème kilomètre. Le semi-marathon ! Je suis à la moitié de la distance. 2 heures piles. Je suis un peu en retard pour faire 4 heures mais je suis pas si mal.

Juste avant le 22ème kilomètre, une « trailette » est arrêtée. La trailette c’est un petit moyen de locomotion à une roue, poussée et tirée par des coureurs où se trouve assis un petit garçon handicapé. Le jeune garçon a eu un besoin pressant. Je m’arrête à mon tour juste pour aider les coureurs qui font vivre un super moment à ce jeune à l’installer. Je retrouve une amie qui tire cette trailette. Moment génial. Ce petit à un sourire qui illumine le groupe. Il est prêt ! Je trouve super ce que font ces coureurs pour donner du bonheur à ces enfants ! Bravo à eux  !

Mon long marathon d'ALBI 2017

Et on repart. Rapidement on arrive au fameux demi-tour. Enfin ! J’ai une centaine de mètres de retard sur les 4 heures. Rien n’est fait. Je ne suis pas au mieux mais pour l’instant ça court. La trailette me double et part vers l’arrivée. (ils termineront en 4h09 ! Wouaw !) oh

Point rapide sur mon corps. Pas de bobo, pas de douleur, juste une super bonne fatigue. Elle s’accentue en peu de temps.

Les jambes sont vides. Le moral devrait aider. Pas gagné là non plus. Grosse fatigue…arf 24ème kilomètre, je me surprends à marcher. Je n’avance pas. Les jambes n’ont plus rien à donner. Pfffut ! Je suis loin de tout. Je souffle. J’essaye de relancer la machine mais cela ne dure pas. Certains qui me doublent m’encouragent. Tapes dans les dos, un petit « Allez ! Courage ! ». Je repars en courant mais là encore, cela ne dure pas. Je suis juste fatigué. La tête ne suit pas non plus. La motivation est là mais le moral et le physique se sont perdus dans cette belle vallée tarnaise.

J’envoie un sms à mon épouse. Je ne veux pas qu’elle s’inquiète en ne me voyant pas avec la voile des 4 heures. Ah ouais… mais toujours pas de réseau. J’ai une pensée de me sentir tout seul. Vraiment tout seul. Puis une toute petite idée surgit. “Les enfants pour lesquels tu cours se battent, Manu, bats toi”. Alors je repars. Oh ce n’est pas rapide. Mélange d’une marche rapide ou une course très lente, mais je cours. J’essaye de courir par objectifs. Jusqu’au virage, jusqu’au prochain panneau, jusqu’à ce groupe de personnes. Cela fonctionne plus ou moins bien. C’est rageant. Les deux choses que l’on a besoin pour courir c’est le corps et la tête et là, ils ne sont pas là. Grrr. mad Je commence à m’agacer. Surtout que je ne perçois aucune douleur. Vraiment rageant.

 

Allez Manu, dans quelques kilomètres y aura les tunnels. Cela pourra peut être aider. Passage dans le premier tunnel de retour. 341M dans le frais mais pas de fraîcheur musculaire.

Je cours quelques kilomètres sans m’arrêter. Je lève la tête et je vois une coureuse mal en point. Elle semble être mangée par les crampes. Je stoppe ma course à côté d’elle. Elle est en pleurs elle a mal. Je l’aide à marcher jusqu’au ravitaillement. Elle me dit de continuer de la laisser. Je lui explique que je ne suis pas mieux qu’elle. L’organisation sachant que la chaleur était attendue durant la course avait positionnée de grandes poubelles remplies d’eau. On s’arrête et je l’asperge d’eau, lui masse rapidement le mollet. Une spectatrice me dit qu’elle va s’en occuper. Je souhaite courage à mon « amie d’infortune » et je repars après une accolade mutuelle. Je regrette après quelques centaines de mètres de ne pas avoir pris son numéro de dossard pour me renseigner à l’arrivée. Rageant là encore.

Un petit groupe de coureurs est là juste devant moi. S’accrocher à eux ferait du bien. Mais impossible. Je « cours » alors à ma meilleure allure du moment. La fatigue n’est pas partie. Mince ! Dommage. no

Deuxième tunnel. Alors qu’il est légèrement en descente, il me semble vachement plus long qu’à l’aller. La lueur du soleil apparaît. Joli moment et bel endroit.

Mon long marathon d'ALBI 2017

Juste à la sortie, des bénévoles sont là avec le ravitaillement. Je leur dis que je veux un vélo. Un homme me dit « oui vous avez de l’eau ici », « non je veux un vélo ! » il explose de rire et me dit qu’il va avoir l’apéro mais pas de vélo. On sourit ensemble. Un petit moment où tu oublies ce que tu vis et tu repars chargé en motivation. Je remercie les bénévoles pour leur boulot et je tente une énième fois de me relancer.

Les gels, le sucre, boissons énergisantes ne font rien. Les jambes ne veulent pas. Pour ce qui suivent mes courses c’est un peu comme mon marathon de TOULOUSE l’an dernier sans aucune douleur.

Je calcule rapidement un chrono possible…. Loin des 4 heures, surtout qu’à ce moment là, dans les AVALATS, je me fais doubler par la voile des 4 h 30. J’arrive au 30ème kilomètre. Encore 12km. Les 195m supplémentaires, comme je le dis en rigolant c’est pour le fun et pour faire 42,195 km.

Pour le moral, je sais qu’il va y avoir un faux plat montant, la côte de la RENAUDIE et celui de l’entrée d’ALBI. Après cela sera trois kilomètres de plat. Allez Manu ! Bouges toi.

Je commence à marcher quand mon téléphone se met à vibrer. Un SMS de mon épouse qui je pense vient de recevoir celui que j’ai envoyé il y a 6 km. Elle me dit de tenir bon et qu’elle est fière de moi. Puis un autre sms et un autre. Plus d’une dizaine arrive d’un coup. Des ami(e)s m’encouragent. Ceux du club, ceux de l’association, les fistons se mettent dans la danse, et des ami(e)s de partout. Je comprends tout de suite que mon épouse a lancé la cavalerie pour venir m’aider en lançant un S.O.S pour moi. biggrin

Punaise ! Quelle émotion ! Je ne suis pas seul. Oh que non ! J’en reçois et j’en reçois. Je réponds vite fait entre deux souffles et entre deux larmes. cry Je ne dois pas m’arrêter. Je sais que j’abandonnerais pas mais je dois continuer. Alors je repars. J’ai l’impression de ne faire que cela. Longue marche et petite course. Mais çà avance. Le morale reprend des couleurs.

Un autre coureur fait comme moi. Cela fait quelques kilomètres que l’on fait çà. Quand lui marche moi je cours, et vice-versa. On n’arrive pas à courir ensemble mais bêtement cela nous fait avancer. Alors on se double chacun notre tour.

35ème kilomètre : ravitaillement avant la grosse côte. Je le prends rapidement. Je ne veux pas m’arrêter, pas m’imposer encore une halte. Je prends à boire et du sucre à la volée. Je sors du ravito quand je vois une maman et deux enfants. La petite fille dit « il a le maillot d’Imagine for Margo maman ! ». Oh que c’est top !!!! Elle me crie « allez allez » en applaudissant. La motivation se remplie une nouvelle fois. Cela plus les SMS, cela met du baume au cœur. 7 km Manu !

Je double mon camarade et je me lance dans la côte de la RENAUDIE. L’an dernier je me souviens avoir dit lors du semi à Caroline, on ne s’arrête pas. Elle l’avait fait sans s’arrêter, au moral, à l’envie. Je n’y arriverais pas cette année. Je marche la moitié de la côte. Je me fais doubler par une coureuse et par mon « poisson pilote ».

36, 37, 38, 39, 40ème kilomètre. Je ne me fais pas doubler, je ne double personne. Les seuls que je « récupère » sont ceux pris en compte par la croix rouge car ils ne peuvent continuer. Je leur fais à chacun un geste et je leur lance un mot gentil. Je me mets à leur place. Tout un entraînement difficile pour ne pas passer l’arche d’arrivée. Je suis dégoûté pour eux.

Je remercie tous les bénévoles que je vois et les gens de la sécurité. Sans eux pas de course. J’espérais qu’en entrant dans ALBI il y aurait un peu de monde pour encourager. Je n’avais pas vu l’heure, midi est passé depuis un moment. Seuls les bénévoles présents encouragent. La rue est presque toute à moi.

Mon long marathon d'ALBI 2017

Mon poisson pilote est devant moi. Deux bonnes centaines de mètres d’avance. Mais je vois que nous sommes dans le même état. Je rentre dans la dernière ligne droite avant le Stadium d’ALBI et son tour de stade avant l’arrivée.

Le téléphone sonne encore et encore. J’ai reçu plein de messages du 30ème à l’arrivée. Et à la vitesse où je courais y en a eu un paquet. Je ne regarde pas mais je sais que c’est pour m’encourager.

Je serre les dents. Elle est longue la ligne droite mais après c’est la fin. On ne marche plus Manu. Plus le droit. no

Je reprends mètre après mètre le « retard » sur mon compagnon tout habillé de noir. La chaleur et la fatigue semblent le faire souffrir. J’arrive à sa hauteur. Il marche. Je lui tape dans le dos et je lui dis « allez pas maintenant, c’est fini. Accroches toi à moi ». Je l’entends repartir et rester dans mes pas.

Il me lance « J’en peux plus vas y, j’suis mort ». Je me retourne et je lui cries dessus. « Non tu n’as pas le droit il reste moins d’une borne. Tu viens avec moi, moi aussi je suis cuit. On ralentit mais on finit ensemble ». Il se remet à courir. Des gens, surtout ceux qui ont fini avant nous sont là, et nous encouragent. On est au bout. On reste ensemble, côte à côte. Je lui parle. Cela m’aide aussi. Psychologie du coureur qui n’en peut plus.

Un garçon d’une dizaine d’années arrive vers nous. Il court avec nous. Je lui demande si c’est son fiston, il me dit que oui. Je me revois avec mon fiston (même si il est plus grand) à TOULOUSE l’an dernier. Il ne marchera plus.

Virage à gauche on va entrer dans le stadium. La coureuse qui nous a doublée dans la côte de la RENAUDIE marche. Je lui dis d’accrocher que c’est vraiment la fin. Elle me dit qu’elle n’arrive plus à respirer. Je lui dis tu respireras dans trois minutes on voit l’arrivée. ACCROCHE. Elle nous suit. Durant le tour de stade, je vais juste un peu plus vite qu’eux. Nous sommes que trois et le petit garçon a être sur la piste.

Ligne droite d’arrivée, bisou à ma maman là haut comme à chaque course et enfin le passage sur la ligne. La bénévole me donne ma médaille de finisher. Qu’elle a été dure à avoir celle-là. 4 heures 47mn et des broutilles à la fin ! Et mal nul part !

Je cherche mon épouse des yeux. Elle me fait un signe elle est au fond du parc d’arrivée. Je lui fais signe que j’attends mes deux « amis » qui arrivent. L’avantage maintenant c’est que je vois leur dossard avec leur prénom. Audrey passe la ligne. On se congratule et on se prend dans les bras. Elle me remercie mais je lui réponds que c’est elle qui a fini. J’ai juste dit un petit mot de motivation.

Arnaud passe l’arche avec son fiston. Il me cherche et me prend dans ses bras. « Putain merci à toi ! Je croyais ne jamais finir ». On reste un moment dans les bras l’un de l’autre sans rien dire.

Audrey est restée là elle aussi. On se félicite. J’adore ces moments ! Aucune course entre nous, seule la solidarité du runner.

Les gens qui n’ont jamais vécu cela pourraient se dire qu’on pense avoir gagné. Mais on a gagné ! Quelques larmes à l’arrivée de ce groupe de trois finishers et on part ensemble retrouver chacun les nôtres.

Mon long marathon d'ALBI 2017

J’embrasse mon épouse et je la remercie de son amour, de ses textos, de son soutien et d’avoir lancé ce SOS pour moi. Elle a les larmes aux yeux mais je la rassure. Je vais bien, juste de la fatigue. Pas de jambe durant la course mais aucun bobo. Mal nul part. Elle me demande si j’ai reçu des SMS. Je lui montre mon téléphone. 27 SMS sont encore non lus malgré ceux que j’ai déjà lu ! Énorme !!!!

La chaleur je ne la ressens que maintenant. Il fait chaud et j’ai énormément soif. Les bénévoles sont là encore super agréables et servent verres d’eau après verres d’eau. Super organisation !

Je permets de prendre cinq minutes de calme et je rassure tout le monde en envoyant une photo de ma bouille avec le maillot de l’association avec la médaille de finisher et en remerciant chacun et chacune de leur aide ! Ces SMS ont tous eu un impact sur moi ! Vous êtes énormes et je vous aime ! Merci merci et encore merci !

Mon long marathon d'ALBI 2017

Maintenant place à la récupération. Pas d’objectif de course pour le moment. Mais sachez que même si le marathon d’Albi a été difficile pour moi, il ne m’a pas dégouté de courir, de me battre pour aider la recherche à trouver des fonds pour soigner les enfants et en plus : avec mon épouse, mes enfants, ma famille et mes ami(e)s j’ai la meilleure équipe pour les aider ! Go Fight Win ! cool

 

Sur le 10km Guilhem Rouquette a réalisé un temps de 42mn23s il termine 59é/ 588    et 2éme cadet.