« Si,si, c’est maman, je la vois ! » Tout en gardant son regard jusqu’au plus loin qu’il peut le porter, un enfant harangue ses camarades, tous juchés sur ce chemin qui fut jadis (jusqu’en 1983 ?) la voie ferrée de Mazamet à Bédarieux (et réciproquement). Nous sommes dans une course familiale et conviviale.

« Mais tu peux pas faire avec la photo de la semaine dernière ? Tu n’as pas pris une ride, je confirme ! » Quel est cet esprit bougon qui répond si vertement à Marie Gil, qui tient absolument à rassembler la troupe bleue pour faire un cliché. Cette dernière répond, la main sur la couture du flottant : « Mais c’est le chef qui me l’a dit ! » Quant à Marc Fabre, les mains pleines de tracts, il rajoute en claquant des baskets : « Attends un peu, je vais mettre ces dépliants à disposition ; c’est Ricou qui me l’a dit. » Quel est donc ce club dont les cadres font marcher à la baguette leurs adhérents ?

Les vieux du stade

C’est l’ACL. Une politique efficace, en particulier chez les vétérans 3 : triplé gagnant sur les sept V3 arrivants. L’ACL, un club de vieux ? Ouf ! il sera sauvé par le jeune Hugo Fabre, le meilleur d’entre les Bleus. Il est donc un Espoir. Pour des lendemains qui chantent, lors desquels ils faudra redescendre dans cette vallée du Jaur, au pays d’Albin Lugan, homme orchestre de ces sympathiques et généreuses « Foulées stéphanoises des cerises ».  Car les Lacaunais et Lacaunaises (Marie Gil 1ère M2) ont eu beau se fouler et se défouler, les cerises en sont restées vertes et pas mûres.

Foulées (10,5 km) 1. Camille Léon en 42’13… 23.Hugo Fabre (2e Espoir) en 51’31… 31.Marc Fabre (1M3) en 54’10… 34.Francis Gil (2M3) en 54’40… 38.André Suc  (3M3) en 55’49… 51.Jérémy Cazals en 1h00’32… 60.Raymond Soucasse  (2M4) en 1h02’22… 65. Marie Gil (1M2) en 1h04’28… 78.Mickaël Thomas (Le Redondel de La Salvetat). 80 arrivants