Vingtième édition donc, et un retour aux sources pour la Gijonada : le peloton fait presque exclusivement de la route, comme au siècle dernier. Avouons que cette pratique avait aussi son charme, plus tourné vers l’effort soutenu. Format raccourci à 10 kilomètres, « roulants » donc, et toujours la fête votive de Ste Anne comme écrin. Plus que jamais même puisque Laurent (Soccol), comme ses copains de Cuq (les-Vielmur), avait revêtu un déguisement. Lequel ? Laurent, va, malgré ces fanfreluches, toujours trop vite  pour que le chroniqueur puisse le suivre…

Encore plus à l’avant, il y avait des flèches inhabituelles : des vacanciers performants qui se remettent en question sur le lieu de leur villégiature. Total : les Fabre ont joué les Poulidor de service (puisque le vieux champion cycliste de St-Léonard de Noblat a fini six fois 3ème du Tour de France et « seulement » trois fois second), aussi bien chez les Espoirs que chez les Masters 3. À propos d’espoirs et de jeunesse, signalons la 11ème place du cadet de Viane Maxime Fabre.

Coup de chapeau à Péire Thouy et au duo Molinié (Annie et Christian) qui ont assuré, chacun à leur tour, une décennie de détente sportive pour tous, soit pour les visiteurs un séjour de quelques heures apprécié universellement. Espérons qu’ils auront suscité des vocations : en tout cas les Lacaunais sont prêts à s’engager pour la 21ème.

La Gijounada (10 km)

1.Stéphane Giordanendo en 36’51″… 18.Laurent Soccol en 42’54″… 23.Hugo Fabre en 44’05 » (3ème Espoir)… 29.Éric Cambon en 44’53″… 56.Marc Fabre en 49’36″(3ème Masters 3)… 64. Jean Rascol en 50’41″… 65. Patrick Durand en 50’43″… 75. André Suc en 52’17″… 135 arrivants.